Corvées de nettoyage et d’embellissement citoyennes

« L’administration Demers se cache derrière l’excuse de la pandémie pour refuser des projets novateurs à Laval » – Michel Trottier, chef de l’Opposition officielle et conseiller municipal

La proposition du conseiller de Fabreville et représentant de l’Opposition officielle Parti Laval – Équipe Michel Trottier, Claude Larochelle, qui visait à l’élaboration d’une plateforme numérique facilitant l’organisation de corvées citoyennes a été rejetée par l’équipe du maire Demers et les conseillers de la seconde opposition. « C’est déplorable de se servir de l’excuse de la pandémie pour priver la population lavalloise et les organismes d’un outil qui aurait pu leur être grandement utile », souligne Claude Larochelle.

Le faux dilemme

Le principal motif de refus de l’équipe du maire Demers repose sur le fait qu’en raison du contexte actuel et de l’interdiction de rassemblement, une telle plateforme serait inutile. Or, comme concevoir un programme informatique prendrait assurément dessemaines, voire même des mois avant d’être fonctionnel, le réel problème n’est pas là.

« Le véritable enjeu est que l’administration Demers ne veut rien savoir des projets qui viennent de l’Opposition. La preuve ? Pas plus tard que le mois dernier, notre équipe s’est vue refuser la création d’une politique d’approvisionnement socialement et écologiquement responsable, qui aurait notamment permis d’encourager l’achat local. Bien, la semaine passée, on apprenait que le comité exécutif octroyait 70 000$ au Centre québécois d’innovation en afin de créer un programme de fidélisation et de loyauté innovant pour favoriser l’achat local », soutient Michel Trottier

« L’équipe du maire Demers utilise l’excuse de la pandémie seulement quand ça lui sert. Comment peut-elle vouloir lancer le déploiement de la fibre optique, projet nécessitant un emprunt de près de 10M$, en pleine pandémie, mais s’opposer à la réalisation d’une simple plateforme permettant de mettre en relations les personnes et les organismes voulant organiser des corvées citoyennes ? D’autant plus que rien dans ma proposition ne supposait que la plateforme devait au sommet de la liste des priorités de nos services. C’est de la pure mauvaise foi ! », de déplorer le conseiller de Fabreville.